L’usine de valorisation énergétique

L’usine de valorisation énergétique des ordures ménagères (UVE ) appartient au SYDOM du Jura. Son exploitation est déléguée à la société JURALIA.

Les déchets du bac gris sont traités par incinération.

Ce mode de traitement dégage des fumées traitées par une succession de systèmes d’épuration permettant de respecter les normes d’émission les plus sévères.


L’incinération

En 2015, 38000 tonnes d’ordures ménagères résiduelles ont été incinérées soit près de 72% des déchets du bac gris collectés.

Après déchargement des déchets souillés sur la dalle, les déchets sont stockés en attente d’incinération dans une fosse de 1500 m3 pour 10 m de fond. Ils sont ensuite manipulés à l’aide d’un grappin puis sont déchargés dans la trémie d’alimentation du four.

jbm-cdtom-lons-021grappinjbm-cdtom-lons-077

 

La capacité du four est de 5 tonnes de déchets par heure. Il fonctionne en auto-combustion sans ajout de fuel ou de gaz 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 et cela 340 jours par an. Le reste de l’année le four est en arrêt technique (nettoyage, vérification du bon fonctionnement,…), les déchets sont alors traités dans d’autres sites.

 

L’incinération des Ordures Ménagères Résiduelles (OMR, ce sont les déchets du bac gris) induit la production de résidus solides : les mâchefers qui ressemblent à des cendres et les restes de ferraille incinérée.

machefers

 

Les mâchefers ou cendres sont le résultat minéral de l’incinération des déchets souillés. Pour 1000 kg de déchets incinérés, il reste 120 kg de résidus solides.

 

jbm-cdtom-lons-091

 

La ferraille incinérée est séparée à l’aide de l’aimant. Ces ferrailles sont par la suite valorisées par recyclage.

 

 

 

Fonctionnement de l’usine


Le traitement des fumées

Il se compose de plusieurs parties

 traitement des fumees

n°2 d’un refroidisseur de fumées (200°c) avec de l’eau de pluie préalablement filtrée qui est injectée dans le réseau,

n°3 puis d’un électro filtre  qui sert à capturer électriquement les métaux lourds qui ensuite tomberont dans les sacs, ses résidus de l’épuration des fumées (REFIOM) captés sous l’électrofiltre seront traités puis recyclés (le mercure, l’acier, la fraction inerte, …) 

n°5 Récupération des métaux lourds dans des silos, puis déposés dans une installation de stockage de déchets dangereux.

n°6 d’un neutraliseur qui sert à neutraliser les éléments acides des fumées en injectant du bicarbonate et du charbon actif,

n°7 le filtre à manches constitués de 628 filtres (grosses chaussettes) qui servent à capturer les Produits Sodiques Réactifs (90% sel et sulfate de sodium et 10% de cendres). Tout cela repart chez Resolest en Lorraine qui produira de la saumure et qui fabriquera du Carbonate de Soude (principalement utilisé dans l’industrie du verre).

traitement des fumées

n°10 les rejets atmosphériques des fumées épurées sont effectués à l’aide d’une cheminée (35 m de haut) qui permet leur bonne diffusion. Une sonde située dans la cheminée recueille les données qui seront transmises dans la salle de contrôle. Les fumées émises par le four d’incinération sont essentiellement composées de dioxyde de carbone (CO2), de vapeur d’eau, d’oxygène et d’azote.

Ces composés représentent 99% du poids des fumées émises et n’ont aucun caractère nocif mais certains polluants contenus dans ces fumées (1%) peuvent engendrer des nuisances atmosphériques. On y trouve des poussières, acides (chlorhydrique HCl et fluorhydrique HF), métaux lourds, composés soufrés, dioxines et des NoX (oxydes d’azote).

L’énergie produite par l’incinération de ces déchets est valorisée par la chaudière.

On produit ainsi :

du chauffage pour les quartiers d’habitat collectif de La Marjorie et des Mouillères, du centre nautique Aqua’rel, des locaux de l’usine et du SYDOM,

de l’électricité qui pour une part est revendue à l’EDF et pour d’autre part assure le fonctionnement de l’usine.

picto reseau cdtom

 

Pour plus d’infos : plaquette de l’usine

BV_Certification_ISO14001

Notre usine d’incinération est certifiée ISO 14001