Scolaire (Collège/Lycée)

Les 6 étapes clefs d’un projet de compostage :

Un Maître Composteur peut vous accompagner dans votre projet

1. Concertation, mobilisation des acteurs et visite du site :

Explication du projet à toutes les parties concernées (services administratifs, techniques, restauration, enseignants et vie scolaire)

Visite des cuisines et des extérieurs pour prédéfinir les aménagements éventuels à réaliser

Validation du projet à l’unanimité et réflexion sur le choix du (des) référent(s) compostage [1]

2. Diagnostic du gisement, analyse des résultats et bilan :

Evaluation pendant 2 semaines minimum du gisement des biodéchets par pesées ainsi qu’une caractérisation de ceux-ci (une balance peut être prêtée par le SYDOM)

Proposition du mode de compostage le plus adapté et descriptif technique

Nomination du (des) référent(s) compostage

3. Mise en place des outils pédagogiques :

Animations dans toutes les classes par un maitre composteur du SYDOM

Fourniture des outils de communication

4. Installation de la placette et formation du (des) référent(s) compostage

Acquisition, montage et installation du matériel choisi préalablement

Formation du (des) référent(s) compostage

5. Démarrage du projet et accompagnement

Présence du maitre composteur du SYDOM sur plusieurs jours

Accompagnement des premiers jours de tri et d’apports aux composteurs

6. Suivi du projet jusqu’à l’autonomie de l’établissement (1 cycle de compostage)

Visites du maitre composteur pour suivre le bon déroulement du projet

Disponibilité du maitre composteur si problèmes ou interrogations

Formation des nouveaux élèves à la rentrée


[1] Cette personne sera en charge d’entretenir la placette de compostage et d’en assurer le bon fonctionnement (entre 10 et 30 minutes quotidiennement et 1h tous les 3-4 mois).

 

Obligation et réglementation

Contexte

La loi dite “Grenelle 1” d’août 2009 a mis la prévention en tête des LabelSydom-L1moyens de gestion des déchets en France, avec un objectif de réduction des déchets ménagers et assimilés de 7% en 5 ans. Pour atteindre cet objectif, l’ensemble des acteurs (collectivités en charge de la gestion des déchets, ménages et établissements producteurs de déchets) se doivent de travailler ensemble pour diminuer la production de déchets, notamment les biodéchets représentant encore 30% du poids du bac gris et facilement valorisables sur place.

CG39 logo 2011C’est pour cela que le SYDOM, en partenariat avec le Conseil général, propose d’accompagner gratuitement les collèges qui souhaitent mettre en place un projet de compostage au sein de leur établissement. De son coté, le Conseil général a décidé de soutenir les collèges si des dépenses sont nécessaires pour le bon déroulement de ces projets.

 

Est-ce une obligation réglementaire ?

Le Code de l’Environnement, modifié par un décret du 11 juillet 2011, prévoit que “les producteurs ou détenteurs d’une quantité importante de déchets composés majoritairement de biodéchets (…) sont tenus d’en assurer le tri à la source en vue de leur valorisation organique“.

Sont considérés comme des producteurs ou détenteurs d’une quantité importante de biodéchets, les établissements qui produisent des quantités supérieures aux seuils fixés par l’arrêté du 12 juillet 2011 comme suit :

  • du 1er janvier 2012 au 31 décembre 2012 inclus : 120 tonnes par an ;
  • du 1er janvier 2013 au 31 décembre 2013 inclus : 80 tonnes par an ;
  • du 1er janvier 2014 au 31 décembre 2014 inclus : 40 tonnes par an ;
  • du 1er janvier 2015 au 31 décembre 2015 inclus : 20 tonnes par an ;
  • à partir du 1er janvier 2016 : 10 tonnes par an.

Le tri à la source des biodéchets est donc une obligation réglementaire pour les établissements qui produisent ces quantités. La valorisation de ces matières organiques peut se faire par compostage sur site.

Mais qui est concerné ?

La circulaire du 10 janvier 2012, relative aux modalités d’application de cette réglementation, fixe un ratio de 134g de biodéchets par repas servi dans les structures de restauration collective. Ce ratio prend en compte la préparation, les plats non consommés ainsi que les restes de plateaux.

College Jules GrevyAinsi, le seuil de 10T/an retenu pour le 1er janvier 2016 correspond à un établissement servant 74600 repas/an, soit environ 518 repas/jour sur 4 jours et 36 semaines de fonctionnement annuel. Un établissement qui ne souhaite pas utiliser ce ratio peut réaliser ses propres pesées.

Par exemple, le collège Jules Grévy qui composte depuis plusieurs années a vu sa quantité de bacs gris, ne contenant que des biodéchets, diminuer d’un tiers (de 3 bacs de 300L à 2 bacs de 300L).